Recherche avancée

Login :

Pass :
Ouvrir un compte?
3652 membres inscrits
Les 3 derniers membres :
Nis89, Papi, Indie_Bird.

Options de tri :
Moteur de recherche


Actu du 03-05-16 (RSS) :
Ajout de la critique de Raiden V par Shadow Gallery.

158 mots dans le dico.
1375 jeux dans la base.
Les 10 derniers jeux :
- Raiden V
- Mushihimesama
- Zenohell
- ReDUX Dark Matters
- Steredenn
- Raiden IV Overkill
- Aero Chimera
- Simulation 296
- Pleasure Hearts
- EXceed 3rd Jade Penetrate Black Package
Les 15 derniers...


Google+

Page 1/8
Au sommaire de cet article
Introduction
Psikyo avant Psikyo
Naissance d'un style ?
Strikers 1945 ou la série-emblème
Psikyo : des hauts et des bas
Toujours plus haut et plus fort
Les accomplissements ultimes
La postérité de Psikyo

Bonjour à toutes et à tous ! Ami(e)s et ennemi(e)s, je vous salue et vous remercie d'avoir déjà au moins pris la peine de vous procurer le présent dossier, qui ainsi que son titre plus ou moins maladroit le laisse présager, sera consacré à l'un de mes éditeurs arcade favoris qui, en environ une dizaine d'années d'existence, aura su offrir au monde de l'arcade parmi ses titres les plus soignés et les plus consistants.

Il s'agit de la société PSIKYO (prononcez "Saikyou" si vous voulez vous la jouer érudit, même si la prononciation à la française rend assez bien je trouve), société qui aujourd'hui hélas semble être dans un état clinique assez alarmant, celui d'un patient pas encore mort mais dans un état tristement végétatif... Même si l'avenir ne semble pas augurer de son retour sur le devant de la scène, rien ne nous empêche de replonger de par le passé et savourer les titres de cet éditeur... C'est à peu près le but de cette modeste bafouille.





Sengoku Blade Kawainess!

Pourquoi ce dossier ?



Je l'avoue sans difficulté, je suis un grand amateur de jeu vidéo, même si aujourd'hui je ressemble plus à un archéologue de la discipline ludique qu'à un joueur de son temps. Oui, je suis un retrogamer patenté et je n'envisage absolument pas de changer. Je voue un culte authentique aux vieilles machines et plus spécialement aux consoles 16 bits, avec une indiscutable prédilection pour la Super Nintendo qui à mes yeux demeure la plus grandiose invention humaine juste devant le grille-pain et les charentaises fourrées.

Parmi mes genres de jeux favoris, s'en trouve un qui trône majestueusement au-dessus des autres : le SHOOT THEM UP, que la loi Toubon francise en "jeu de tir", avec tout ce que cela a d'imprécis. Ce genre premier du jeu vidéo a en effet grandement contribué à ma vision de ce qu'est le gaming appliqué : endurance, précision, résistance, patience... et une bonne dose d'abnégation car maitriser un shoot them up est tout sauf une mince affaire. L'évolution du genre en a fait un style de jeu destiné à des amateurs toujours plus fébriles, d'où d'authentiques morceaux de bravoures et autres perles insensée de folie furieuse, et PSIKYO aura intégré cette idée avec brio...

Car si je me suis résolu à écrire sur PSIKYO, c'est pour une raison toute simple : PSIKYO A SU CAPTURER L'ESPRIT DES SHOOT THEM UP ET LEUR DONNER CETTE DEMESURE !

En conséquence, et même si je ne m'interdis pas de causer également de quelques autres jeux de cette boite, ici seront surtout abordés les shoot them up de Psikyo qui ont tous comme point commun d'être de solides illustrations de ce caractère toujours plus exigeant du genre, exigence qui aura comme corolaire un style de gameplay à part, loin du caractère simpliste que l'on attache généralement aux jeux du genre.




Psikyo Illustrations Artwork


Suite : Page suivante